#MeToo, un an après

40% de plaintes pour viol en plus en dix ans, mais une chute du nombre des condamnations. En dépit de l’augmentation des plaintes, le nombre de professionnels n’a pas augmenté d’autant. Les policiers s’avèrent inévitablement submergés par ces nouvelles plaintes, ainsi que  les procureurs et les juridictions de jugement. Ces affaires, se déroulant dans un huit clos familial, nécessitent des investigations indispensables, à savoir audition de voisinage, expertise médico-psychologique, audition des enfants, audition de témoin,  confrontation. Mais les effectifs sont trop peu nombreux pour les mener et donner suite aux nombreuses plaintes déposées chaque jour. Cette surcharge de travail amène inévitablement une augmentation du nombre de classements sans suite. En outre, la judiciarisation du contentieux invite chacun des partis à utiliser tout moyen de défense. Les plaintes sont donc aussi de plus en plus complexes.

https://abonnes.lemonde.fr/police-justice/article/2018/09/14/en-dix-ans-le-nombre-de-personnes-condamnees-pour-viol-a-chute-de-40_5354839_1653578.html?xtmc=condamnations_viol&xtcr=2

Laisser un commentaire