je suis battue

« Je suis complètement battue » Histoire de violence conjugale

Par Me Isabelle Steyer

 

Un titre évocateur sur l’omniprésence de la violence conjugale.

Eléonore Mercier publie, sous son vrai nom, l’histoire de son quotidien professionnel.

Ecoutante auprès du 3919, depuis 20 ans, elle a consigné les premières phrases des femmes qui appellent cette ligne d’écoute.

Le réalisme des propos illustre la détresse dans laquelle vivent ces femmes.

La peur y est présente, décrite, avec des mots forts.

Des mots criants de réalisme, de pleurs, de solitude, d’impuissance et de désespoir.

Les phrases, écrites les unes après les autres, comme dans une locomotive de la violence conjugale.

Le leitmotiv, où aller pour avoir la paix ?

Comment et où fuir ?

Comment protéger les enfants?

Comment penser ?

L’impossible issue est dénoncée en quelques mots.

Derrière son téléphone, son casque sur la tête, elle doit trouver, après chaque appel au secours, le kit de survie qui doit la sauver.

Elle doit trouver le mot qui réveille et qui fait sens.

Un travail littéraire et psychanalytique à la fois, il faut rencontrer l’autre et il faut le réveiller et l’éveiller à une autre vie.

Un travail qui requiert une intelligence de l’instant.

Savoir qui se cache derrière ses mots et quels sont ses besoins.

Une belle initiative qui a intéressée l’éditeur POL.

Eleonore entend résonner les soupirs et les cris de ces femmes au téléphone.

Elle a écrit ce livre pour elle et pour elles.

Ce livre est l’aboutissement de l’appel.

Elle a consigné dans un carnet les appels au secours de ces femmes.

Un travail solitaire dans un face à face vocal, un travail de concentration pour un sauvetage.

Sauver une femme, c’est aussi sauver ses enfants.

Les enfants demeurent le moteur de ces femmes qui prennent conscience de ce qu’elles subissent en voyant la peur dans leur yeux.

Comment Eléonore peut elle continuer sa journée après des appels aussi réalistes ?

Comment peut on vivre paisiblement avec un homme et des enfants.

Sur quel matériel s’appuyer pour trouver de quoi aider et s’aider à sauter ensemble l’obstacle de l’appel au secours?

Eléonore le trouve dans sa richesse intérieure, son expérience des situations, son humanité à fleur de peur.

Sa voie caressante et aidante vient comme un massage vocal cicatriser une blessure.

Éléonore une femme de cœur et de cris, une belle amie.

« Je suis complètement battue » d’Eléonore Mercier

Éléonore Mercier est « écoutante » dans une organisation qui se préoccupe des violences conjugales. C’est à dire qu’elle prend les communications des femmes en état de détresse qui appellent pour pouvoir parler, être écoutées. Elle fait cela depuis plus de quinze ans. Prenant en note sur des cahiers ces entretiens, elle a eu l’idée de réunir en un recueil la première, et seulement la première phrase dite, l’entrée en matière en quelques sorte, la phrase inaugurale par laquelle va commencer l’échange, celle qui dit tout, celle sur quoi va s’appuyer le reste. Cela donne un livre sidérant. Sidérant d’abord pour le témoignage brut, immédiat qu’il constitue, sans pathos, sur un pan honteux de nos sociétés. Sidérant ensuite pour sa teneur littéraire totalement inédite. Il y a là un tel désir d’expression, une telle volonté de dire qu’elle se soumet la langue, la syntaxe, la bienséance formelle. Elle use de la maladresse comme d’une forme. C’est bouleversant et montre que la littérature est partout où il y a de la vérité et de la justesse. Ici 1 653 fois…

Editions P.O.L. – Extrait du roman en pdf